"Nous sommes tous dans la boue, mais certains d'entre nous regardent les étoiles"
Oscar Wilde

jeudi 9 février 2017

La La Land de Damien Chazelle : "L'amour est éternel... jusquà ce qu'il s'arrête"

Bonjour les lecteurs !


Un article pour vous parler du film évènement de la rentrée, dont le matraquage publicitaire a été tel qu'il est difficile d'être passé à côté ! (Rien que dans la ville où j'habite, il est projeté dans deux cinéma sur les trois.)
Il s'agit donc de La La Land, nouveau film de Damien Chazelle, déjà très remarqué pour l'excellent Whiplash, l'histoire d'un jeune batteur initié à la musique dans la douleur par un professeur particulièrement sadique. Le réalisateur reste dans l'univers de la musique pour son deuxième film mais s'éloigne du parcours initiatique proposé dans Whiplash.

City of stars

 La La Land raconte l'histoire de Sebastian (Ryan Gosling) et Mia (Emma Stone), deux jeunes artistes qui vivent à Los Angeles. Mia travaille comme serveuse dans un café à Hollywood, au cœur des studios, mais rêve d'être actrice et enchaîne les castings, sans succès. Loin de se résigner, elle persiste et tente de fréquenter les chics soirées hollywoodiennes, dans l'espoir de rencontrer la personne qui lui ouvrira les portes du cinéma.
 Sebastian, de son côté, est pianiste et aspire à ouvrir son propre club de jazz. Il a déjà réfléchi à l'emplacement (un ancien club de jazz reconverti en bar à tapas), mais il n'a pas d'argent. Alors, en attendant, il joue du piano dans des restaurants et compose des mélodies, seul chez lui. C'est un personnage à contre-temps, un puriste, qui se bat pour ressusciter un style de musique déjà mort : le jazz classique.
 
 Ces deux là n'ont pas grand chose en commun si ce n'est de s'accrocher à leurs rêves, mais, on le devine, ils sont faits pour se rencontrer. La première fois, ils s'insultent copieusement, et semblent destinés à ne pas se revoir. Mais leurs chemins se croisent sans cesse, et ils finissent par tomber amoureux l'un de l'autre. C'est ainsi toute leur histoire que nous raconte La La Land, sous la forme d'une comédie musicale : les passages chantés/dansés alternent avec des passages de fiction classiques.
Les premières chansons sont rythmées, pleines d'espoir et de soleil (à l'image de la lumineuse et impressionnante scène d'ouverture), et subliment le rapprochement entre les deux personnages. Les débuts amoureux sont traduits par des chassés croisés, des claquettes et autres mouvements virevoltants. Au cours d'une danse dans l'observatoire ayant servi de décor à La fureur de vivre de Nicholas Ray (film qu'adore Sebastian), les deux personnages s'envolent littéralement tandis qu'ils échangent leur premier baiser, au cours d'une scène pleine de poésie.
La suite de l'histoire de Mia et Seb parait féerique, les studios hollywoodiens donnent lieu à des scènes quasi irréelles : Mia et Seb peuvent voyager à travers les décors, les pays et les époques, retraçant une partie de l'histoire du cinéma.

La première partie de La La Land est ainsi transcendée par des moments de pure magie qui transforment l'idylle vécue par les personnages en aventure intemporelle. Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont amoureux et croient à leurs rêves : Ryan Gosling et Emma Stone incarnent à la perfection ce couple so glamourous.

 Mais c'est oublier qu'à Hollywood, le temps passe plus vite qu'ailleurs, broyant tout sur son passage. Pour gagner de l'argent, Seb finit par accepter l'offre de son ami Keith (John Legend himself) et s'associe à son groupe, renonçant à ses convictions profondes concernant le jazz.  Puis il se prend au jeu des fans et de la renommée, et surtout, ses revenus permettent à Mia de financer ses projets : elle peut arrêter de travailler au café et se lancer dans l'écriture d'un one-woman show.
Et tandis que Mia s'accroche plus que jamais à ses ambitions, Seb, de son côté, semble au fil du film perdre ses illusions : il ne veut plus croire en l'ouverture de son club de jazz, qui ne marchera pas, plus en phase avec l'époque.
Un décalage s'instaure peu à peu entre les personnages, à mesure que Seb devient célèbre tandis que Mia continue à galérer, et des disputes commencent à éclater.

Au fur et à mesure des saisons qui passent et marquent le temps dans le film, c'est ainsi le délitement du couple que l'on suit et les chansons se font plus mélancoliques, annonçant une rupture dans le ton du film.
Car Mia et Seb parviennent finalement à atteindre leur rêves, mais chacun de son côté.
Pour s'accomplir, il faut sacrifier sa vie amoureuse : c'est ce que nous expose le film. Los Angeles, ses paillettes et sa vie dorée dévorent les couples, dans une société qui ne laisse plus la place à la vie à deux.
Au cours d'un épilogue bouleversant, Damien Chazelle imagine une alternative au film, qui pousse le spectateur à s'interroger sur la définition du bonheur et de la réussite. Le réalisateur ne nous donne évidemment pas de réponse, et le film dégage au final une belle mélancolie.

Ainsi, La La Land est une petite merveille, bien rythmée, qui sublime la trajectoire de deux êtres au son de musiques entraînantes, avec des scènes quasi magiques, mais se révèle désenchanté dans sa deuxième partie et le message qu'il véhicule.
Je vous encourage bien évidemment à courir découvrir ce film, mais attention à la désillusion...

[La citation du titre provient d'une chanson de Cali, L'amour est éternel, qui parle elle aussi du délitement du couple]





Alors les lecteurs, vous y allez ?


2 commentaires:

  1. je veux le vooooooooooooooooir!!! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha c'est drôle parce que justement on a débattu dessus hier avec des amis, nous n'avions pas tous la même interprétation et le même ressenti en sortant ! Dis moi ce que tu en as pensé ☺

      Supprimer